Chers frères, chères sœurs,

Le cœur est tel un dépôt qu’Allah nous a confié, nous devons lui rendre ses droits et en prendre soin. Le musulman se plaint souvent de la cruauté qu’il a envers d’autres musulmans à cause de son cœur, il s’interroge: « je veux soigner ce cœur malade, comment pourrais-je le raffermir? Comment le rendre doux? Et comment pourrais-je le remplir avec le rappel d'Allah? ». Ces cœurs, mes chers frères et sœurs, sont soumis à un contrat envers notre créateur et doivent rendre des comptes.